Le Sénateur Bernard Delcros vous informe - Plus de souplesse pour l'implantation des pharmacies en zones rurales

 
 


 

IMPLANTATION DES PHARMACIES

PLUS DE SOUPLESSE POUR LES ZONES RURALES !


Cette semaine, lors d’une séance de questions orales au Gouvernement, je me suis adressé à la ministre de la Santé pour lui demander plus de souplesse dans l’attribution des autorisations d’ouverture de pharmacies dans nos territoires ruraux.

En effet, aujourd’hui selon le code de la santé publique, seule une commune de plus de 2500 habitants peut bénéficier de cette autorisation. Cette règle n’est pas tenable dans des territoires comme les nôtres où des communes moins peuplées pe
uvent aussi jouer un rôle de bourg-centre et de pôle de services.

Pour démontrer cette incohérence, je me suis appuyé sur le cas concret d’une commune de notre département qui s’est vue refuser cette autorisation pour des raisons démographiques alors que son offre de services rayonne sur un bassin de vie de plus de 4000 habitants. D’autres communes cantaliennes pourraient être concernées par ce problème.

Agnès Buzyn n’ayant pu participer à cette séance, c’est Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture qui représentait le Gouvernement et qui fera suivre ma requête à la ministre de la Santé.

Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, retenir le seul critère du nombre d’habitants revient à déconnecter  les décisions de la réalité du terrain. Tel a été le sens de mon intervention que je vous propose de visionner, et la ligne que je suivrai auprès de la ministre dans les mois à venir.

Vous pouvez compter sur mon engagement sur ce sujet qui me tient à cœur.


  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.       

--

 

Pour ne plus recevoir cette lettre, merci d'envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.