Le Sénateur Bernard Delcros vous informe - Programme de stabilité

 
 


PROGRAMME DE STABILITÉ FINANCIÈRE 2018 - 2022

Mercredi dernier, les ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin étaient réunis dans l’hémicycle du Sénat pour présenter le programme de stabilité financière 2018-2022.

Je suis intervenu une nouvelle fois, au nom de mon groupe, pour donner notre analyse sur l’amélioration des prévisions budgétaires par rapport aux chiffres de la loi de finances pour 2018 votée en décembre dernier.

Le déficit serait réduit de près de 18% par rapport à la prévision et pourrait s’élever à 2,3% du PIB en 2018. L’équilibre des comptes de la nation pourrait même être atteint en 2022, ce qui serait une première depuis 1974.

Concernant la dette, elle diminuerait par rapport aux chiffres prévus, pour s’élever à 96,4% du PIB en 2018 et pourrait baisser jusqu’à 89,2% en 2022.  Ce qui reste encore un niveau trop élevé mais nettement amélioré.

J’ai indiqué notre soutien sans équivoque à la politique de réduction des déficits et de désendettement de la France. Nous le devons à nos enfants et aux générations à venir.

J'ai également souhaité rappeler que si la dépense publique doit être réduite, elle ne doit pas l'être aveuglement, au détriment des personnes les plus fragiles et de la qualité des services dans les territoires ruraux.

Je pense à nos hôpitaux, nos maisons de retraite qui manquent de moyens pour faire face au vieillissement de la population et à la dépendance qui l’accompagne, à l'éducation, au numérique, à la téléphonie…

Les fruits de la croissance qui s'améliore doivent aussi permettre de réduire les inégalités sociales et territoriales.


Tel a été le sens de mon intervention que vous pouvez visionner dans cet extrait.

 

 

 

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.       

--

 

Pour ne plus recevoir cette lettre, merci d'envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.